L'Usine à Paroles

Un grand lecteur lit au moins 20 livres par an. Un tiers des Français ne lit aucun livre, tandis que lire un livre par semaine ne concerne que 3% de la population (Daily Nord, mars 2009). Restons donc dans les "happy few" de Stendhal, et découvre ici, ami Lecteur, mes compte-rendu.

Le "O"

Je lis donc je suis ?

Room, Emma Donaghue / Trad. de l'anglais. Stock, 08/2011 (La Cosmopolite). 400 p. 21,50 €

         La thématique de l'enfermement, inspiré de faits divers sordides, est un thème exploité à maintes reprises dans des ouvrages d'une qualité littéraire inégale mais dont le contenu continue de donner froid dans le dos. Le roman de l'auteure canadienne d'origine irlandaise n'échappe pas à la règle, qui nous présente un couple formé par "Maman," – on ne connaîtra jamais son nom civil -, kidnappée à 19 ans, qui a accouché seule dans sa cellule d'un petit garçon nommé Jack, qu'elle élève dans 9 mètres carrés. L'originalité du récit réside dans le fait qu'il est raconté par l'enfant, qui vient de fêter son cinquième anniversaire, avec ses mots et ses yeux de petit garçon. Pour lui rendre la vie supportable, sa mère l'a bercé de fables, lui racontant que dans le Dehors, rien n'est réel.

         Leur évasion rocambolesque permet à la mère de recouvrer sa liberté. C'est plus difficile pour Jack, qui ne supporte pas la lumière du soleil, ne perçoit pas les perspectives, ne sait ni descendre un escalier ni s'habituer aux chaussures et a bien du mal à comprendre les règles qui régissent ce monde étranger. Jack est un alien fraîchement débarqué de sa planète, et dans ses questions, sa candeur, ses peurs, on devine une interrogation sur notre propre société de consommation. C'est sans doute cela, au-delà de l'horreur suscitée par cette histoire, au-delà de l'admiration qu'on peut éprouver pour cette mère débordante d'amour, qui donne toute sa force à ce récit.

 

Posté le 12/09/2018 à 13:42