L'Usine à Paroles

Un grand lecteur lit au moins 20 livres par an. Un tiers des Français ne lit aucun livre, tandis que lire un livre par semaine ne concerne que 3% de la population (Daily Nord, mars 2009). Restons donc dans les "happy few" de Stendhal, et découvre ici, ami Lecteur, mes compte-rendu.

Le "O"

Je lis donc je suis ?

B.O.A. tome 1 : Loterie funeste, Magali Laurent. Mortagne, 09/2017. 446 p. 24,95 €

         Un virus, forme mutant d'Ebola, a transformé ses victimes en Charognards, d'horribles créatures très agressives qui boivent le sang des humains sains. Un vaccin a permis d'éviter cette métamorphose, mais la soif de sang demeure. Surnommés les BOA, ces humains ne doivent leur survie que grâce aux rares humains non infectés, qu'ils surnomment les Sang à Sang. Désormais dominants dans la ville de Liberté, les BOA élèvent des humains sains dans le Cellier, et organisent chaque année une loterie qui permettra aux heureux gagnants de remporter un Sac à Sang et d'éviter de se ruiner pour se nourrir. La grande nouveauté cette année qu'il n'y a pas un couple à gagner, mais trois, et que les six malheureux humains sont immortels... Oxana et son frère jumeau Alexandre, Kim et Samantha, Cléo et Denys sont ainsi jetés en pâture à la convoitise des BOA…

         Des humains traités comme des bêtes de somme, dont la seule perspective d'avenir est de quitter les travaux forcés du Cellier pour devenir des repas vivants. Une autre société fournisseur de Sacs à Sang a fait elle le pari de la qualité et élève de très belles jeunes filles, qu'elle conditionne à la séduction et à un avenir d'esclave de luxe. Ces six "produits", cinq issus du Cellier et la dernière, Cléo, venue de l'entreprise Sang et Prestige, se rencontrent et s'associent afin d'essayer d'échapper à leur sort funeste. Mais Liberté est bien organisée, et la rébellion impossible. Dans ce contexte, l'auteur met en scène six jeunes gens qui forment trois couples bien différents, ce qui lui permet de présenter trois formes d'amour différents : l'amour fraternel entre Oxana et Alexandre, l'amour homosexuel dans le duo formé apr Kim et Samantha, et enfin l'amour impossible entre Cléo, si raffinée et séductrice, et Denys, l'athlète mal dégrossi et couvert de cicatrices. Ce sont les relations entre ces personnages, davantage sans doute que l'intrigue, qui est le fil conducteur du roman. Au demeurant, les mésaventures de ces six personnages sont rocambolesques au point de perdre leur crédibilité : leurs tentatives d'évasion, sont vouées à l'échec malgré l'organisation de la résistance, dont on se demande comment elle peut jouir de moyens aussi importants comme des armes ou des hélicoptères ; le sort réservé à Oxana et son frère paraît tout aussi artificiel. L'auteur semble donc avoir davantage voulu mettre l'accent sur ces six personnages, au détriment d'un récit qui plaira sans doute au lecteur, à condition qu'il n'y cherche pas trop de vraisemblance.

 

            Roman lu dans le cadre de Masse Critique, Babelio.


Posté le 19/04/2018 à 12:58