L'Usine à Paroles

Un grand lecteur lit au moins 20 livres par an. Un tiers des Français ne lit aucun livre, tandis que lire un livre par semaine ne concerne que 3% de la population (Daily Nord, mars 2009). Restons donc dans les "happy few" de Stendhal, et découvre ici, ami Lecteur, mes compte-rendu.

Le "O"

Je lis donc je suis ?

La boîte de Pandore, Bernard Werber. Albin Michel, 09/2018. 543 p. 22,90 € **

René Toledano est professeur d'histoire. Sa collègue Elodie l'emmène un soir assister à un spectacle d'hypnose sur une péniche appelée "La Boite de Pandore". Désigné par l'hypnotiseuse, il parvient à atteindre le niveau de ses vies antérieures et découvre qu'il a été soldat durant la première guerre mondiale et qu'il a perdu la vie sur le front. Epouvanté par la violence de la mort de son ancien "moi", il s'enfuit et se fait alors agresser par un skinhead allemand. En se défendant, il provoque la mort de son agresseur et jette son corps dans la Seine. Désemparé, il décide de retourner voir l'hypnotiseuse afin qu'elle annule les conséquences de ce qu'il a vu de ses vies antérieures. Elle ne peut revenir en arrière mais lui propose de découvrir d'autres de ses vies antérieures : il remonte alors le temps, se découvre ancienne comtesse mourante, Indienne séductrice, galérien révolté, et enfin habitant de l'Atlantide lors de sa première incarnation… un monde merveilleux de paix et de bonheur, menacé par un raz-de-marée. Comment peut-il intervenir et sauver ce monde ?

René Tolédano est un enseignant tout à fait ordinaire, si ce n'est qu'il est obsédé par la vérité historique niée par la version officielle des historiens, qui se sont conformés aux politiques dominants. Sa régression hypnotique lui fait prendre conscience que le mythe de l'Atlantide recouvre en réalité un fait bien réel, dont il se donne mission de prouver la véracité au monde. Il tâche ainsi de persuader ses élèves que l'enseignement traditionnel est un vaste mensonge. Ses classes éberluées finissent par se plaindre, on le menace de mise à pied, il finit par démissionner, déterminé à sauver l'Atlantide. Il emmène avec lui l'hypnotiseuse qu'il a largement convaincue, alors même que cette dernière s'avère incapable de se connecter à ses vies antérieures, en raison d'un blocage de son subconscient que René va tenter de lever.

L'histoire repose donc sur cette notion de métempsychose, et la possibilité de dialoguer avec ses moi antérieurs. Si l'on accepte le postulat, on suit avec plaisir les aventures de René dans ce récit plein de rebondissements et d'idées altruistes ; si on le réfute, l'histoire passe au mieux pour un récit d'aventures rocambolesques auquel on va adhérer avec suspicion et parfois agacement, tant l'auteur ne craint pas les invraisemblances ou de mélanger toute la mythologie. Outre l'Atlantide, il convoque l'Arche de Noé, les Sumériens, les manuscrits de la Mer morte, tout y passe et se justifie par la quête de vérité de René. On referme ce livre après s'être bien distraits, non sans se demander si, au fond, on ne nous mentait pas depuis le début : la terre est peut-être bien plate et l'homme n'a jamais marché sur la lune…


 

Posté le 09/01/2019 à 12:56