L'Usine à Paroles

Un grand lecteur lit au moins 20 livres par an. Un tiers des Français ne lit aucun livre, tandis que lire un livre par semaine ne concerne que 3% de la population (Daily Nord, mars 2009). Restons donc dans les "happy few" de Stendhal, et découvre ici, ami Lecteur, mes compte-rendu.

Le "O"

Je lis donc je suis ?

Deux livres de Pierre Lemaître : Au revoir là-haut, Le Livre de Poche, 01/2018. 615 p. 8,70 € et Couleurs de l'incendie, Albin Michel, 01/2018. 530 p. 22,90 €

         Que dire d'Au revoir là-haut, cet ample roman fort justement récompensé ? Tout y est, les horreurs de la première guerre mondiale, l'amitié virile, l'ambition démesurée, le sort des mutilés de guerre que l'Etat ne prend pas en charge, tout cela écrit dans une langue somptueuse qui laisse la part belle à l'humour et à la dérision.


         Les couleurs de l'incendie est le deuxième tome de la trilogie. Le récit se passe presque dix ans plus tard, l'ambiance est tout autre puisque l'auteur nous plonge dans le milieu bourgeois des grandes banques dans les années, avec le spectre du krach boursier de 1929. La thématique m'intéressait moins je l'avoue, tout autant que les personnages qui me paraissaient bien moins attachants que les Albert et Edouard du premier opus, mais j'ai retrouvé la plume, la verve et l'humour qui m'ont tant séduite. Il y a du Flaubert là-dedans, si l'on songe au dénouement de Madame Bovary, qui voit le pharmacien Homais décoré de la légion d'honneur : "Quant à Madeleine et à Dupré, ils continuèrent de se voussoyer, ils le firent toute leur vie.

Il disait "Madeleine". Elle disait "monsieur Dupré", comme une femme de commerçant en présence de la clientèle."

 

Posté le 12/09/2018 à 13:21