L'Usine à Paroles

Un grand lecteur lit au moins 20 livres par an. Un tiers des Français ne lit aucun livre, tandis que lire un livre par semaine ne concerne que 3% de la population (Daily Nord, mars 2009). Restons donc dans les "happy few" de Stendhal, et découvre ici, ami Lecteur, mes compte-rendu.

Le "O"

Je lis donc je suis ?

Phobos tome 4, Victor Dixen. Robert Laffont (R-Jeunes Adultes), 11/2017. 650 p. 18,90 €

         Serena McBee enfin destituée, les pionniers du programme Genesis sont de retour sur terre, après avoir passé deux ans sur Mars, non sans avoir laissé derrière eux Alexei, Marcus et Kenji, et emmenant avec eux Kelly, qui souffre du mystérieux mal de Mars. Ils sont placés dans un centre d'hébergement, le temps de se réhabituer à la gravité terrestre, et aux nouvelles donnes politiques. Mozart, qui risque à tout moment de se voir assassiner par la mafia brésilienne, reste dans le Cupido en compagnie de Kirs, qui a accouché d'un bébé qui ne supportera pas la vie sur Terre. Chacun des pionniers restants décide de créer sa propre chaîne d'info, et espérer réaliser son rêve. A l'exception de Léonor, qui a décidé de rester auprès de Kris, le temps qu'elle guérisse, et qui se méfie : Serena McBee a disparu, mais aurait-elle dit son dernier mot ?

       Ce quatrième tome reprend la suite des aventures de Léonor et de ses compagnons. C'en est fini du projet Génésis de colonisation martienne, la tentative s'est soldée par la morts de trois des pionniers. Avec leur retour, le récit s'attache un peu moins aux relations sentimentales pour s'ouvrir sur des préoccupations plus "terriennes" et actuelles : il est notamment beaucoup question de réchauffement climatique et de préservation de l'environnement, ainsi que de l'enjeu de l'utilisation des réseaux sociaux. Malgré tous leurs efforts, les pionniers n'y échappent pas et se réjouissent du nombre de vue et de commentaires qui fleurissent sur leurs chaînes, d'autant plus qu'il y a là des gains financiers colossaux, qui pourront servir à la recherche. Cette saga de science-fiction permet, au-delà de l'aspect distrayant et d'un suspens habilement mené avec de nombreux rebondissements, de s'interroger sur cette société de l'image, hyper connectée, qui vit par procuration à travers quelques personnages. La fin ouverte pourrait présumer, pourquoi pas, d'un cinquième tome…


 

Posté le 19/04/2018 à 12:53